La frontière gréco-turque, terrain d’affrontements physiques et virtuels

La frontière gréco-turque, terrain d’affrontements physiques et virtuels

La frontière gréco-turque, terrain d’affrontements physiques et virtuels

Thomas Eydoux / Antoine Hasday / Elie Guckert pour OpenFacto

Les forces turques et grecques face à face près du poste frontière de Kastanies-Pazarkule / Illustration : Elie Guckert / Source 

L’ouverture de la frontière gréco-turque par Ankara a généré de nombreuses images de violences entre les forces grecques et turques au poste frontière de Kastanies-Pazarkule. Des affrontements bien physiques qui ont été accompagnés d’une guerre des mots et des images livrée sur les réseaux sociaux par la fachosphère européenne. Entre les deux feux : des milliers de migrants qui le paient parfois de leurs vies.

Des échanges de grenades lacrymogènes, voire des tirs à balles réelles, à la frontière d’un État membre de l’Union européenne, et des migrants pris entre deux feux : ce sont parfois de véritables images de guerre qui ont été capturées à un point de passage entre la Grèce et la Turquie depuis l’ouverture de ce dernier aux migrants par Erdogan, en février dernier. 

Face à l’afflux de réfugiés à la frontière turco-syrienne et à ce qu’il considérait comme un manque de soutien de l’UE à sa campagne contre le régime syrien, le président turc Recep Tayyip Erdogan – dont le pays a déjà accueilli plus de trois millions de syriens – avait annoncé le 28 février qu’il n’empêcherait plus les migrants présents en Turquie de se rendre dans l’UE via la Grèce. Erdogan entendait ainsi faire pression sur l’Europe, à qui il demande un « juste partage du fardeau» pour faire face à l’afflux de réfugiés syriens provoqué par l’offensive d’Assad et de son allié russe à Idlib. La veille, au moins 33 militaires turcs avaient été tués en Syrie dans une frappe officiellement attribuée à l’armée arabe syrienne. 

Jusqu’à 13 000 migrants tentent alors de franchir la frontière entre la Turquie et la Grèce, selon l’organisation internationale pour les migrations (OIM). Parmi eux, des Syriens, mais aussi des Irakiens, des Afghans, des Pakistanais et des Iraniens. 

Le poste-frontière de Kastanies-Pazarkule, champ de bataille numéro 1

Cette décision unilatérale du président turc a causé de fortes tensions politiques et a conduit à des situations parfois très violentes avec les autorités grecques. Selon les services de renseignements allemands, les autorités turques auraient contraint des réfugiés à monter dans des bus pour les conduire à la frontière. Des membres des forces de sécurité se seraient même mêlés à la foule pour encourager les émeutes, rapporte Der Spiegel.

Sur cette vidéo de l’agence pro-Kremlin Ruptly, on peut voir des grenades lacrymogènes tomber du côté grec de la frontière, près du point de passage de Kastanies-Pazarkule.

Des violations des droits humains auraient aussi été commises par les forces de sécurité grecques : renvois illégaux à la frontière, tortures, détentions illégales, usage de grenades lacrymogènes potentiellement létales et tirs à balles réelles. Selon Amnesty, au moins deux migrants ont été tués.

De nombreuses images de ces incidents sont apparues sur les réseaux sociaux au cours du mois de mars. Sur cette vidéo on peut par exemple voir des policiers turcs tirer du gaz lacrymogène de l’autre côté de la frontière sous les encouragements des migrants. Sur une autre vidéo visiblement tirée d’images de caméras de vidéo surveillance, on peut apercevoir des policiers grecs utiliser un ventilateur géant pour repousser du gaz lacrymogène de l’autre côté de la frontière. Sur une troisième, on peut même voir un agriculteur grec pulvériser du lisier de l’autre côté de la frontière pour dissuader les migrants de passer. Enfin cette vidéo de l’Associated Press montre également des affrontements entre les forces grecques d’un côté, et turques de l’autre.

(Vidéo Associated Press)

Grâce à quelques bâtiments distinctifs, notamment la tour du poste frontière ou encore la position des chemins de terre par rapport à la clôture, ces images postées entre le 7 et le 12 mars peuvent être géolocalisées à un seul et même endroit : le poste-frontière de Kastanies-Pazarkule, l’un des principaux points de passage entre la Grèce et la Turquie :

Position du poste-frontière de Kastanies-Pazarkule sur Google Map.

Pour plus de clarté, nous avons utilisé cette vue aérienne du poste-frontière où la tour d’observation est bien plus visible :

Géolocalisation des trois vidéos près du poste-frontière de Kastanies-Pazarkule. Crédit : Elie Guckert

Cette vidéo de l’agence turque pro-Ankara TRT collectée par le site d’investigation Bellingcat où l’on peut entendre des coups de feu semble avoir elle aussi été tournée dans la même zone, là où le chemin de terre côté turc longe la clôture marquant la frontière :

Source : Bellingcat.

x

Ce poste-frontière a été l’un des points privilégiés par la Turquie pour forcer les migrants à traverser la frontière turque, tentant au passage de déstabiliser son voisin grec, avec qui les relations sont pour le moins tendues. Ankara n’a en effet pas poussé les migrants vers le poste-frontière avec la Bulgarie, un État avec lequel ses relations sont beaucoup plus cordiales, ni vers celui de Kipi qui est bien partagé avec la Grèce mais qui constitue une voie commerciale trop importante pour que la Turquie prenne le risque de sa fermeture. Le poste-frontière de Kastanies-Pazarkule est donc l’un des seuls points de passages terrestres possibles pour les migrants qui n’ont comme seules autres alternatives que de tenter de franchir l’Evros, où un migrant a été tué, ou de traverser la mer Égée pour poser le pied sur l’île grecque de Lesbos, option toute aussi périlleuse

Les réseaux sociaux et la fachosphère, champ de bataille numéro 2

De manière peu surprenante au vu de leur caractère impressionnant, les images des affrontements au poste-frontière de Kastanies-Pazarkule ont été instrumentalisés par tous les camps. Ainsi, l’agence de presse russe pro-Kremlin Ruptly a plutôt tourné des images vues depuis le côté grec de la frontière, tendant à présenter une Europe sous pression migratoire agressée par la Turquie. De son côté, l’agence turque pro-Ankara TRT World a plutôt filmé depuis le côté turc, insistant sur les violations commises par les forces grecques et sur la misère des migrants. 

Ces deux récits du même événement sont cohérents avec les vues respectives de Moscou et Ankara sur l’Europe et la crise migratoire en général. Mais la Russie et la Turquie ne sont pas les seuls acteurs à appliquer une grille de lecture partisane, si ce n’est mensongère, sur les affrontements à la frontière gréco-turque. En France, plusieurs responsables politiques d’extrême droite dénoncent sur Twitter ce qu’ils considèrent comme une « invasion migratoire » et affichent leur soutien à la Grèce, notamment via le hashtag #IStandWithGreece («je me tiens aux côtés de la Grèce»), qui a été utilisé 67445 fois entre le 1er mars et le 1er avril. Pour trouver ce chiffre, nous avons utilisé l’outil Twint, qui permet de collecter des données sur Twitter, via le langage informatique Python. 

Nous avons également pu voir combien de fois les utilisateurs ont utilisé le hashtag. Si certains ne s’en sont servis qu’une seule fois, d’autres en revanche l’ont tweeté des centaines de fois. 

Certains responsables politiques français comme le porte-parole du Rassemblement national, Jordan Bardella, se sont même rendus sur place, tout comme plusieurs personnalités issues de la mouvance identitaire, sans pour autant toujours utiliser le hashtag #IStandWithGreece :

Source : Newsy et Bellingcat

Dans un tweet posté le 1er mars 2020, la présidente du RN Marine Le Pen commente par exemple des images tournées au poste-frontière de Kastanies-Pazarkule, insistant sur le fait que les migrants sont « majoritairement des hommes » qui menaceraient d’arriver « bientôt dans les villes et villages de France », sans oublier de s’en prendre au passage au président Emmanuel Macron. 10 jours plus tard, Jordan Bardella intervient sur CNews – depuis la Grèce où il s’est rendu aux côtés d’autres personnalités d’extrême droite – pour prôner l’une des lubies du parti : la fermeture des frontières nationales face à ce qu’il qualifie de « véritable déclaration de guerre à l’Europe » par Erdogan.

Des vidéos montrant les affrontements entre forces turques et grecques au poste-frontière de Kastanies-Pazarkule sont aussi partagées par des membres du groupuscule Génération Identitaire. Le 12 mars, le porte-parole Romain Espino va jusqu’à dépeindre une guerre de civilisation entre la Grèce et des « envahisseurs » pour appeler à transformer la frontière en « barrage infranchissable ». Un concept que le groupuscule à déjà essayé d’appliquer en France de manière plus ou moins heureuse. Damien Rieu, cadre historique de l’organisation, assimile quant à lui les migrants à des islamistes – simplement parce qu’ils crient «Dieu est grand» – à la solde des forces Turques.

D’autres comptes influents de la fachosphère francophone – comme Damoclès et le «roi de l’intox» @tprincedelamour, se sont joints aux réjouissances. Tout comme des organisations plus radicales que le RN, mais pas forcément très influentes sur les réseaux, parmis lesquelles l’Action française ou encore la Dissidence française, 

Les incidents à la frontière gréco-turque ont donc été instrumentalisés par l’extrême droite française afin de nourrir son narratif global sur les migrations et l’Islam et promouvoir son projet politique, quitte à déformer les faits.

Migrants, toujours perdants

Cette rhétorique a priori réservée à l’extrême droite a pourtant trouvé des résonances au sein même des institutions européennes : le 3 mars, avec une mise en scène plutôt martiale, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, le président du Conseil Charles Michel et le président du Parlement David Sassoli se sont rendus à Kastanies (du côté grec du poste-frontière) pour affirmer le soutien de l’UE à la Grèce.  « Je remercie la Grèce d’être en ce moment notre bouclier européen », déclare alors Von Der Leyen, faisant ainsi écho à la logique de guerre invoquée par la fachosphère, et sans mentionner les violations des droits humains commises par la Grèce.

Tweet d’Ursula Von Der Leyen posté le 3 mars où elle s’affiche patrouillant à la frontière en hélicoptère.

Une logique de peur et de polarisation bien comprise par le président turc, qui avait déclaré le 3 mars : « Depuis que nous avons ouvert nos frontières, le nombre de ceux qui se sont dirigés vers l’Europe a atteint les centaines de milliers. Bientôt, ce nombre s’exprimera en millions ». Si Erdogan, qui ira jusqu’à comparer les gardes-frontières grecs aux nazis, est prompt à dénoncer les abus commis par son voisin grec, il n’a en réalité pas plus de considérations pour les droits fondamentaux des migrants et n’hésite pas non plus à les chasser sans ménagement lorsqu’il n’a plus besoin d’eux. Dans ces affrontements réels et virtuels autour de la frontière gréco-turque, chacun trouve donc son compte, mis à part des milliers de civils à la recherche d’un asile, réduits à l’état de moyens de pression et d’objets de propagande.

RADIOAMATEURS : une source méconnue de l’OSINT ?

RADIOAMATEURS : une source méconnue de l’OSINT ?

L’ami Gimli nous proposait un chouette challenge sur Twitter, de la géolocalisation à base de source radio-amateur.
L’occasion pour lui d’écrire l’article ci-dessous, mêlant, comme souvent ici, méthodologie et analyse technique!


De nombreux articles et méthodologies sont disponibles en ligne pour tracker les navires de commerce. Mais, qu’en est-il du suivi des navires de la marine de guerre russe ?

Bien avant l’apparition des satellites, de l’AIS ou tout simplement de l’OSINT, le monde des radioamateurs s’est investi dans cette thématique … et ils n’hésitent pas à partager !

Alors, pourquoi se priver de cette masse d’informations dans nos investigations ?

Par exemple, que pouvons nous dire de la position de ce bâtiment à la date du 14 avril 2020 ?

Via un module complémentaire installé sur Mozilla Firefox, (par ex : Search by image), nous trouvons facilement le nom de ce navire : le PM-82 via le site :

https://mil-avia.livejournal.com/379233.html

Le PM-82 (ПМ-82 en russe) semble être un « atelier flottant »…

Essayons donc plusieurs recherches via différents moteurs de recherche (Google et Yandex notamment).

Le site mil.ru nous indique que le PM-82 fait partie du projet 304 et qu’il est conçu pour réparer les navires, leurs armes et leurs équipements techniques dans des zones éloignées. Mais l’information intéressante est qu’il est en route pour la baltique au 31/03/2020.

Dans les résultats apparaît également ce post sur VK : https://vk.com/navyofrussia?w=wall-129663182_3276 (archivé ici, au cas où…) qui indique :

ПМ-82 возвращается в базу ДКБФ после службы в дальней морской зоне. 18.04.2020 г.

Avec comme traduction approximative de Google :

« Le PM-82 retourne à la base DCBF après avoir servi dans la zone de haute mer. 18/04/2020. »

En cherchant sur Google « ПМ 82 », une vidéo youtube est disponible mais là encore datée du 18 avril 2020.

Pour l’instant, aucune information ne correspond à la date souhaitée. Il faut peut-être changer d’axe de recherche et s’intéresser à une thématique pas assez connue et exploitée.

Les moyens de communication.

Préambule

Tout mobile a besoin de communiquer avec son état-major … alors pourquoi ne pas tenter des recherches de ce côté-là. Suivant la distance entre deux stations (Navire/Terre – Navire/Navire – Terre/Navire), les moyens de communications clairs ou chiffrés utilisés ne sont pas les mêmes.

Tout le monde a déjà entendu parler des communications par Satellite mais il existe d’autres moyens.

Deux stations proches (à portée d’horizon) peuvent par exemple utiliser des moyens de communications passant par des ondes directes (VHF-UHF) alors que des stations éloignées privilégieront la gamme HF (Haute Fréquence – 3 / 30 Mhz). En effet, suivant la propagation, cette dernière permet d’envoyer des messages sur des distances considérables (des milliers de kilomètres).

L’utilisation de cette gamme de fréquence reste incontournable pour les services maritimes et aériens notamment pour garantir la sécurité des liaisons océaniques, pour les liaisons fixes ou mobiles dans des zones sans infrastructure, ou en secours, en cas de catastrophe naturelle ou pour le trafic militaire. (Merci Wikipédia).

Info : saviez-vous que certains mails à destination de navires transitent par la gamme HF via un système nommé SAILMAIL. (https://sailmail.com/)

La Marine russe

La Marine russe est une des dernières de la flotte mondiale à encore utiliser la télégraphie Les matériels modernes coûtent chers et sont compliqués à entretenir alors que les systèmes de communications traditionnels comme la télégraphie font encore leur preuve.

Qui plus est, ils ont de nombreux avantages : fiabilité, simplicité d’utilisation, résistance au bruit …

OSINT et le monde des radios amateurs.

  • En Osint de nombreux passionnés veillent et « écoutent » ce qu’il se passe sur le web, sur les réseaux sociaux …
  • Chez les radioamateurs, il y a autant de passionnés qui écoutent ce qu’il se passe sur les ondes radioélectriques.

Ces passionnés (SWL : Short Wave Listener) écoutent les différentes transmissions transitant par ces ondes au moyen de simple récepteurs radio et d’antennes (appropriés à la bande de fréquence écoutée).

Les radioamateurs suivent les navires de la Marine russe depuis des décennies! Ils se sont concertés, ont croisés leurs interceptions et ont ainsi réussi à faire correspondre un grand nombre d’indicatifs à des noms de navires. Alors pourquoi ne pas n’essayer de trouver l’indicatif d’appel de ce navire ?

Pour communiquer, deux stations utilisent des identifiants qui sont appelés « indicatif ».

Donc sur Google, et sans trop se prendre la tête, à l’aide d’un googledork, on peut trouver ceci :

Nous obtenons ici, un résultat plus que prometteur! (Merci F5BJR!!!)

Nous avons donc, semble-t-il l’indicatif d’appel télégraphique de ce navire. Continuons notre investigation avec la requête suivante sur Google :

Cela nous confirme que nous sommes sur la bonne voie!

Une dernière requête sur notre moteur de recherche ; « rjs81 » + « russian navy » nous amène sur

En cherchant sur Log avril 2020 – passion-swl, nous arrivons sur ce qui semble être très intéressant mais sous forme codée. Heureusement, l’auteur a eu la bonne idée de mettre la position décodée sur Google maps.

La réponse à notre recherche :

12464.00 RJS81 : Russian Navy SHIP 1200z CW RJS81 Wkg RIW (QSO and QTC SML FOR RJH45 RJD38 = 14121 99569 10078 41/98 73214 10057 40186 57013 70220 8//// 2212 200140 14012 = = AR RJS81 K – LOCATION : https://goo.gl/maps/SQmfaMC5E15NVtw47) in Duplex – Qsx on 9145 14-APRIL-20 (F5JBR)

Aller plus loin

Depuis de nombreuses années certains des bâtiments de la Marine Russe transmettent à leur QG via la télégraphie (Code Morse) les conditions météorologiques qu’ils rencontrent en mer sous forme de messages « codés ».

Un autre Exemple (comme cela vous pourrez vous exercez à trouver la position, la route et la vitesse du PM-82):

RMFE Wkg RMP (QSO and QTC SML 363 16 14 0900 363 = FOR RJH45 RJD38 = 14061 99576 10108 44598 53506 10067 40150 52010 70311 85500 22232 00050 20201 14013 = AR RMFE K

Ce type de message a une structure connue et nous permet en le décodant d’obtenir la position du navire.

Comment obtenir ce résultat depuis le message codé ?

Suivez le guide. (Seules les parties nous intéressant seront explicitées. Pour de plus amples informations voir ici.)

RMFE = l’indicatif du navire qui transmet le message (l’identifiant « en ligne » du bâtiment)

14 = date 14 avril 2020

0900 = heure de rédaction du message

99576 10108 = position du navire … pour décoder cette partie, on fait comme ça :

1) La position actuelle du navire est codée de la façon suivante:
… 99LaLaLaQcLoLoLoLo

… 99576 10108 … Kézako?

  • 99 Annonce position navire
  • LaLaLa (576) Latitude en degrés et dixièmes de degré. Toujours codé avec trois chiffres, les deux premiers chiffres sont des degrés réels, le dernier chiffre pour les dixièmes de degré (57.6 donc 57.36)Qc (10) Quadrant du globe (spécifiez si la latitude est nord ou sud et la longitude est ou ouest). 

Si le navire est au nord de l’équateur (latitude nord):

– 1 à l’est du méridien de Greenwich (longitude est)

– 7 à l’ouest du méridien de Greenwich (longitude ouest)

Si le navire est au sud de l’équateur (latitude sud):

– 3 à l’est du méridien de Greenwich (longitude est)

– 5 à l’ouest du méridien de Greenwich (longitude ouest)

Si vous me suivez … passons à la longitude.

  • LoLoLoLo (108) Longitude en degrés et dixièmes de degré. Toujours codé avec quatre chiffres, avec le premier chiffre (des centaines) codé comme 0 ou 1. Les trois premiers chiffres sont des degrés réels, le dernier chiffre pour les dixièmes de degré (10,8 donc 10,48)

 les données de route et de vitesse des navires sont codées de la façon suivante:
… 222
DsVs

… 22232

  • 222 indicateur
  • Ds (3) cap vrai du navire pendant les trois heures précédant l’heure d’observation :
  • Vs (2) Vitesse moyenne du navire, en nœuds, au cours des trois heures précédant l’heure d’observation :
  • 0 0 nœud
DsVs
0  immobile0 0 nœud
1 NE1 1 à 5 nœuds
2 E2 6 à 10 nœuds
3 SE3 11 à 15 nœuds
4 S4 16 à 20 nœuds
5 SW5 21 à 25 noeuds
6 W6 26 à 30 noeuds
7 NW7 31 à 35 noeuds
8 N8 36 à 40 noeuds
9 Inconnu9 Plus de 40 noeuds
/ Non rapporté/ Non rapporté

Donc notre navire RMFE est situé au 57.36N 10.48 E en route au sud Est pour une vitesse de 6 à 10 Nœuds.

Et voilà pas si compliqué 😉.

Quelques sources d’intérêt « Sigint ».

Pour le suivi des communications RADIO :

ENIGMA2000 http://www.signalshed.com/ et leur newsletter http://www.signalshed.com/nletter05.html

NumberStations https://www.numbers-stations.com/ ou sur https://twitter.com/Spy_Stations

Priyom : http://priyom.org/

L’union international des radioamateurs https://www.iaru-r1.org/ et spécialement leur newsletter https://www.iaru-r1.org/spectrum/monitoring-system/iarums-r1-newsletters/ qui fait la part belle à la chasse aux « intruders » sur les bandes de fréquences réservées aux radioamateurs.

Pour la connaissance et le suivi des signaux électromagnétiques :

https://www.sigidwiki.com/wiki/Signal_Identification_Guide

Pour le suivi des forces (gouvernement / armée / police) et des fréquences radio HF

(documents un peu anciens mais très instructif)

Udxf : http://udxf.nl/ute-info.html

Signé : Gimli

Violations of the arms embargo in Libya – Methodological Guide

Violations of the arms embargo in Libya – Methodological Guide

A vessel at large of the Libyan coast – Source : flickr

Open source research can help document Turkey’s multiple violations of the Libyan arms embargo.

OpenFacto has been following the conflict in Libya for several months, monitoring open source information and databases. We have specifically focused on the military support provided by several international actors to local armed factions, which is contrary to the resolution passed by the UN Security Council in 2011. This guide focuses on Turkey and its multiple violations of the arms embargo in Libya. Through six case studies, we will show how open sources can be used to identify and document Turkey’s failure to comply with the Security Council resolution, ultimately contributing and aggravating the conflict. In this article we show the methodology for:

  • Identification of ships and planes used for arms deliveries through cross-checking of reports, social networks and the study of traffic to Libyan ports from Turkey and airports.
  • Identification of arms delivery networks or mercenaries linked to arms shipping, terrorist groups and business interests
  • Identification of the Turkish industrials who manufactured the weapons.
  • Identification of the GNA as recipients of the arms (supported by Turkey in the conflict)

Using these methods, we have identified multiple examples that taken together point to a state strategy of concerted support to the Libyan conflict.


New!

Click on the links inserted in the images to discover the different investigations.


Through these six cases, this guide proposes below a methodology for monitoring and documenting violations of arms embargoes using open-sources.

A methodology for open source monitoring of arms embargoes

The arms embargo regime is a restriction and/or a series of sanctions that apply to arms in the broadest sense but also to so-called « dual-use » technologies (understood to mean both civilian and military). Arms embargoes can have a political, military objective and be a peacekeeping mechanism. It is important to understand what the arms embargo covers in the selected case study of Libya.
In Libya, the arms embargo regime prohibits the sale or supply of « arms and related materiel of all types: arms and ammunition, military vehicles and equipment, paramilitary equipment and matching spare parts, and prohibits the export by Libya of all arms and related materiel » according to Security Council resolution 1970 (2011) of the Libya Committee.
When seeking to identify violations of the embargo by a State actor or otherwise, the main challenge is identifying and establishing the complex system of transactions, purchasing and delivery channels, that are in essence as secretive as possible. In order to be efficient and to try to direct your monitoring and research effectively, we propose a focus on three nodes: the actors involved, the equipment and the delivery circuit.

Detecting embargoes

  • The implementation of an arms embargo or sanctions is decided by the UN Security Council or other state actors such as the European Union. The Stockholm International Peace Research Institute lists them and refers to the official documents instituting the implementation of embargoes.
  • The UN Security Council establishes an embargo monitoring committee by resolution. This committee, made up of a panel of experts, regularly produces very informative reports on the conditions of compliance or violations of the embargo. These reports are a veritable mine of information that focus precisely on the entities or logistical means that make up the circumvention circuit.

Actors involved

  • A good understanding of the conflict in an embargoed country makes it possible to map the local forces involved, and their known or potential international allies. It is important to understand from which international actor factions will seek support in order to identify the potential supplier/buyer relationship that can be established. It’s time to set up your tweetdeck with lists to keep track of news and subject-matter experts on your topic of interest.
  • To witness the material used by the local armed group, social networks are your best friends! Photos or videos of material that has arrived at its destination can be collected via postings by an armed group’s communication organs, or through the social media accounts of members. These can provide proof of the material’s journey from one point to another:
    • follow the pages of the various factions’ media outlets on social networks: Facebook, Telegram, Instagram…
    • follow the pages of social networks dedicated to armed groups or warlords.
    • follow local newspapers that support different factions online to retrieve the images

Equipments

  • SIPRI provides several databases that give an idea of the volumes of arms exported by certain countries. In the case of clandestine activity such as the violation of an embargo, the figures will not necessarily be there, but some indications may attract attention.
  • Specialised maritime information sites regularly post news about maritime seizures of illegal goods or arms: the ports and names of ships are mentioned.
  • Some organizations specializing in arms trafficking research publish guides to identifying some weapons: Small Arms Survey, Conflict Armement Research and iTrace portal.
  • Some tweeters always ready to help: @CalibreObscura, @ArmoryBazaar, @AbraxasSpa, @Silah_Report, etc…
  • Via the videos and images posted online: identify the material but also the quantities where possible.

Delivery routes

  • Circumvention of embargoes is carried out by logistics companies that care little for UN Council resolutions, often by falsifying export documents. It is therefore necessary to identify the ships or aircraft by which the arms are transported and the companies involved.
  • The study of the movements of ships and aircraft, as well as of the country’s embargoed ports, makes it possible to identify the means of transport used to carry the weapons. The basic tools are:
    Marine Traffic, Vessels Finder
    Flight radar
    Equasis an interesting ship-related database which makes it possible to identify ownership.
  • Once in possession of the company’s name, it is necessary to search corporate registration databases and to check the company’s reputation: presence on lists, jurisdictions, other vessels or aircraft conducting questionable deliveries, affiliations of directors.
    OCCRP large database
    OpenCorporate, tvery interesting for companies in Panama…
    ICIJ leaks-based database
  • Websites like Panjiva or 52wmb.com may sometimes show the company sending or receiving shipment on behalf of the sender or the final recipient (as a consignee): this sometimes makes it possible to identify an intermediary in the armament supply network and identify volumes.

Finally, it is necessary to cross-check and compile all the findings to see the recurrence of this type of over a certain period of time.

Additionnal ressources to go further on the other side of the Libyan conflict

Violations of the arms embargo in Libya – Methodological Guide

Violations de l’embargo sur les armes en Libye – Guide méthodologique

Visite d’un navire au large des côtes libyennes. – Source : flickr

La recherche en sources ouvertes permet de documenter les violations multiples de la Turquie de l’embargo sur les armes en Libye

OpenFacto a suivi sur plusieurs mois, au travers de sa veille en sources ouvertes, le conflit en Libye, et notamment le soutien militaire de plusieurs acteurs internationaux aux factions armées locales, contraire a l’embargo sur les armes imposé par le Conseil de Sécurité de l’ONU en 2011. Ce guide s’intéresse particulièrement à la Turquie et à ses multiples violations de l’embargo sur les armes en Libye. Au travers de six études de cas, nous verrons comment l’utilisation des sources ouvertes s’avère très utile pour documenter les manquements de la Turquie a la résolution du Conseil de Sécurité concourant ainsi à l’aggravation et l’influence du conflit :

  • Identification des navires ayant servi a la livraison d’armes grâce au recoupement de rapports, des réseaux sociaux et de l’étude du trafic aux ports libyens en provenance de Turquie.
  • Identification des réseaux de livraisons des armes ou des mercenaires liés à des transporteurs d’armes, des groupes terroristes ou businessmen peu scrupuleux.
  • Identification des industriels turcs qui ont fabriqué les armes
  • Identification des factions du Gouvernement d’Entente Nationale destinataires des armes que la Turquie soutient dans le conflit.
  • Multiplicité des cas d’études qui démontre une stratégie étatique de soutien au conflit Libyen.

Nouveau!


Cliquez sur les liens sur les images pour découvrir les différentes investigations.


Au travers de ces six cas, ce guide propose ci-dessous une méthodologie pour assurer le suivi et la documentation les violations des embargos sur les armes en sources ouvertes.

Une méthodologie de suivie en sources ouvertes des embargos sur les armes


Le régime d’embargo sur les armes est une restriction et/ou une série de sanctions qui s’appliquent aux armements au sens large mais aussi aux technologies dites « à double-usage » (entendre civile et militaire). Il peut avoir un objectif politique, militaire et être un mécanisme de maintien de la paix. Il convient de bien comprendre ce qu’il couvre dans le cas d’étude choisi.
Dans le cas de la Libye, le régime d’embargo sur les armes interdit la vente ou la fourniture “d’armements et de matériel connexe de tous types : armes et munitions, véhicules et matériels militaires, équipements paramilitaires et pièces détachées correspondantes et interdire l’exportation par la Libye de tous armements et matériel connexe” d’après la résolution 1970 (2011) du Comite Libye du Conseil de sécurité.
Le défi, dans la recherche d’ une violation d’un embargo par un acteur étatique, réside dans la mise en place d’un système de transactions, d’un circuit d’achat et de livraison complexe qui est par essence le plus occulte possible. Pour être efficace et essayer d’orienter sa veille et sa recherche efficacement, nous vous proposons de nous concentrer sur trois nœuds : les acteurs en présence, les équipements et le circuit de livraison.

Détecter les embargos

  • La mise en place d’un embargo ou de sanctions sur les armes est décidée par le Conseil de Sécurité de l’ONU ou d’autres acteurs étatiques comme l’Union Européenne. Le Stockholm International Peace Research Institute en fait la liste et renvoie au texte instituant la mise en place des embargos.
  • Le Conseil de Sécurité de l’ONU met en place un comité de surveillance pour le respect de l’embargo par résolution. Ce comité, composé d’un panel d’experts, produit de façon régulière des rapports très riches en informations sur les conditions du respect ou des violations de l’embargo. Ces rapports sont une vraie mine d’informations pour pivoter précisément sur les entités ou les moyens logistiques qui forment le circuit de contournement.

Les acteurs en présence

  • La bonne compréhension du conflit dans le pays sous embargo permet d’établir une cartographie des forces locales en présence. Il est important de comprendre auprès de quel acteur international, telle ou telle faction va chercher du soutien afin d’identifier la relation potentielle fournisseur/acheteur qui peut s’établir. Il est l’heure de mettre en place votre tweetdeck avec des listes pour suivre l’actu et les personnes qui font autorité sur votre sujet d’intérêt.
  • Pour constater l’utilisation du matériel par le groupe arme local, les réseaux sociaux sont vos amis! Récolter des photos ou des vidéos du matériel arrivé à destination via la publication en ligne par l’organe de communication du groupe armé ou par les comptes de ses membres constitue autant de preuves du voyage du matériel d’un point à un autre :
    • suivre les pages des organes de communication des différentes factions sur les réseaux sociaux: Facebook, Telegram, Instagram…
    • suivre les pages des réseaux sociaux dédiés aux groupes armés ou chefs de guerre
    • suivre des journaux locaux partisans des différentes factions en ligne pour récupérer les images

Les équipements

  • SIPRI offre plusieurs bases de données qui donnent une idée des volumes d’armes exportées par certains pays. Dans le cas d’une activité clandestine comme la violation d’un embargo les chiffres n’y seront pas forcement mais quelques indications peuvent attirer l’attention.
  • Les sites d’informations spécialisés sur le secteur maritime mettent régulièrement en ligne des nouvelles concernant les saisies maritimes de biens illégaux ou d’armes : les ports et les noms des navires y sont mentionnés.
  • Certaines organisations spécialisées sur la recherche du trafic d’armes mettent en ligne des guides d’identification d’un certains nombres d’armements: Small Arms Survey, Conflict Armement Research et le portail iTrace
  • Un groupe de twittos en ligne toujours prêts a aider: @CalibreObscura, @ArmoryBazaar, @AbraxasSpa, @Silah_Report, etc…
  • Via les vidéos et images mises en ligne: identifier le matériel mais aussi les quantités quand c’est possible.

Le circuit de livraison

  • Le contournement des embargos s’effectue via des sociétés spécialisées dans la logistique peu regardantes sur les résolutions du Conseil de l’ONU et/ou par la falsification des documents d’exportation. Il convient donc d’identifier les navires ou les avions par lesquels l’armement est acheminé et les sociétés impliquées.
  • L’étude des mouvements des navires et des avions, ainsi que des ports du pays sous embargo permet d’identifier les moyens de transport utilises pour transporter les armes. Les outils de base sont:
    Marine Traffic, Vessels Finder
    Flight radar
    Equasis qui est une base de données intéressante liées aux navires et qui permet d’identifier leurs armateurs et propriétaires.
  • Une fois en possession du nom de la société, il convient de faire des recherches dans les bases de données d’enregistrement des sociétés, et de vérifier l’honorabilité de la société: reptation, présence sur des listes, juridictions, autres bateaux, avions dans des livraisons douteuses, affiliations des dirigeants.
    • La grande base de données de l’OCCRP
    OpenCorporate, très intéressante pour les sociétés au Panama notamment…
    • La base de données de leaks de l’ICIJ
  • Des sites comme Panjiva ou 52wmb.com peuvent parfois laisser apparaître la société qui envoie ou reçoit la livraison au nom de l’expéditeur ou du destinataire final (le consignee) : cela permet parfois d’identifier un intermédiaire dans le réseau de fourniture de l’armement, d’identifier des volumes.
    Enfin, il s’agit de recouper et de compiler pour voir la récurrence de ce type de contournement sur un certain temps.

Quelques ressources pour aller plus loin sur le conflit en Libye

Syrie : Les barrages qui révèlent l’intérêt stratégique de l’autoroute M4

Syrie : Les barrages qui révèlent l’intérêt stratégique de l’autoroute M4

Thomas Eydoux et Elie Guckert, journalistes, livrent pour OpenFacto une analyse de l’intérêt stratégique d’une autoroute syrienne, à l’aide de techniques de géolocalisation.

Patrouille conjointe russo-turque le 15 mars sur la M4 entre Saraqeb et al-Nerab. Source : Millî Savunma Bakanlığı

L’autoroute M4 est devenue au cours des dernières années du conflit syrien un axe de plus en plus crucial. Longeant la frontière turque pour relier les villes de Lattaquié et Saraqeb dans le gouvernorat d’Idlib, elle est également connectée à la M5 et rejoint Alep avant d’atteindre la frontière Irakienne. Longue de près de 120 km au total, cette route a été le théâtre de nombreux incidents impliquant tous les belligérants. L’apparition de barrages à la mi-mars dans la région d’Idlib est venue une fois de plus mettre en lumière l’importance stratégique de cette route.

Carte de l’autoroute M4 (Source : Wikipedia)

Après plusieurs jours de violents combats début mars entre l’armée turque et le régime dans la région d’Idlib – où Ankara a perdu des dizaines d’hommes tout en infligeant de très lourdes pertes à l’armée syrienne – la Russie a finalement conclu un accord de cessez-le-feu avec la Turquie, le 5 mars, avec la mise en place de patrouilles conjointes sur la M4. De telles patrouilles avaient déjà été organisées à l’est sur ce même axe entre les États-Unis et la Turquie dès 2017 quand cette dernière a attaqué les forces kurdes du YPG, à la tête des Forces démocratiques syriennes qui ont mis fin au califat de l’État Islamique avec le soutien de la coalition occidentale. Au cours de l’offensive « Source de paix » fin 2019, cette route avait aussi été le théâtre d’exécutions sommaires imputées à des groupes rebelles soutenus par la Turquie.Le régime et la Russie patrouillant également sur cette route, elle est rapidement devenue encombrée par diverses factions aux intérêts opposés, et dont l’inévitable chevauchement a conduit à plusieurs accrochages. À la mi-février, les forces américaines se sont par exemple retrouvées prises pour cibles par des combattants syriens sous l’œil bienveillant d’une patrouille russe, près de Qamichli, à l’Est.

Vidéo Newsy + Bellingcat, sous-titrage français par Syrie Factuel

Pour le régime syrien, l’autoroute M4 constitue l’un des derniers grands axes de transport qui reste en dehors de son contrôle total. Elle traverse la province d’Idlib, dernière région aux mains des rebelles que le régime tente de reprendre depuis des mois au prix d’immenses pertes civiles.

Des barrages sur la M4

Signe de l’importance stratégique de la M4, l’accord russo-turc entré en vigueur le 5 mars prévoit, en plus des patrouilles conjointes, la mise en place d’un «couloir de sécurité» de six kilomètres de profondeur de chaque côté de l’autoroute, soit une zone tampon large de 12 kilomètres au total. Mais ce plan a été enrayé dès le début de sa mise en application. Selon l’AFP, un barrage a été réalisé en pleine nuit au milieu de la M4, «un jour à peine après que la Turquie et la Russie ont lancé une patrouille conjointe le long de l’autoroute».

Toujours selon l’AFP, ce barrage aurait été construit juste à côté d’al-Nerab, une localité qui se trouve à quelques kilomètres seulement de la ville de Saraqeb, carrefour stratégique entre Alep, Damas et Lattaquié. Saraqeb a fait l’objet de violents combats entre l’armée syrienne et les rebelles soutenus par la Turquie en février, avant que le régime ne s’en empare définitivement début mars.

Sur la vidéo de l’AFP, on peut repérer des éléments particuliers qui permettent de localiser précisément le lieu où se trouvait le barrage : on aperçoit ainsi un muret, à gauche de la route, et un ensemble de bâtiments, à droite. On remarque aussi un petit chemin de terre qui rejoint le barrage, à droite. On peut donc géolocaliser ce barrage sur la M4, à cet endroit, non loin d’al-Nerab.

Le muret, en rouge ; l’ensemble de bâtiments, en jaune ; et le chemin de terre, en vert.
Source : AFP
Le muret, en rouge ; l’ensemble de bâtiments, en jaune ; et le chemin de terre, en vert. Source : GoogleMaps
Position du barrage par rapport à al-Nerab. Source : GoogleMaps

Or, selon le média pro-Kremlin Sputnik, la première patrouille russo-turque « est partie de la localité de Trumba à deux kilomètres à l’ouest de Saraqeb le long de la route M4 qui relie les villes d’Alep et de Lattaquié. » Trumba se trouve ici, à un peu plus de 7 km au sud-est d’al-Nerab.

Des photos diffusées par le ministère de la Défense turc ainsi qu’une vidéo partagée par le média pro-russe Sputnik permettent de localiser la première patrouille russo-turque en train de se déplacer non-loin de ce barrage, le 15 mars. On distingue ainsi deux grandes roues au bord de la route, ainsi qu’une rangée de pylônes électriques de l’autre côté de la route. Ces éléments nous permettent de géolocaliser l’endroit précis où est passé la patrouille russo-turque du 15 mars, ici, où le convoi semble faire demi-tour.

En rouge, les deux grandes roues ; En jaune, les pylônes électriques. Source : Millî Savunma Bakanlığı
En rouge, les deux grandes roues ; En jaune, les pylônes électriques. Source : Sputnik
En rouge, les deux grandes roues, en jaune, les pylônes électriques – Source : GoogleMaps

Ce mini-parc d’attractions se trouve à moins d’une dizaine de kilomètres du barrage que nous avons localisé ci-dessus. En partant du principe que la patrouille est bien partie depuis Trumba, on peut donc retracer grossièrement l’itinéraire présumé de la patrouille par rapport au barrage : jonction avec la M4 au nord de Trumba, puis départ vers al-Nerab à l’ouest avant de finalement faire demi-tour à hauteur du parc, pour repartir en direction de l’est.

En rouge, la position des deux grandes roues où la patrouille fait demi-tour pour repartir en direction de l’est ; à gauche, au bout de la ligne bleue,, la position du barrage. Source : GoogleMaps

Impossible d’établir sur la seule base des vidéos et des photos si cette patrouille a effectivement renoncé à continuer son chemin vers al-Nerab en raison d’éventuels barrages. On sait en revanche que le ministère russe de la Défense a annoncé le même jour que «Le trajet de la patrouille conjointe a été réduit à cause des provocations prévues par des groupes radicaux échappant au contrôle de la Turquie.» 

Un accord contesté par les rebelles

Le 16 mars, la chaîne d’information al-Jazeera a publié un reportage au sujet d’une manifestation d’opposants au régime syrien, avec la fabrication d’un barrage bloquant l’accès aux patrouilles sur la M4. Grâce à des éléments particuliers observables dans le reportage, dans la vidéo de l’AFP (qui mentionne aussi ce deuxième barrage) et des images postées sur les réseaux sociaux, nous sommes en mesure de géolocaliser l’endroit exact où a eu lieu cette manifestation. On aperçoit un panneau publicitaire à l’entrée du village, à côté d’un muret longeant la route et derrière lequel se trouvent des bâtiments caractéristiques, ainsi que deux châteaux-d’eau en arrière plan. Ce qui permet d’affirmer que la manifestation s’est également déroulée à al-Nerab, à cet endroit, à un peu plus de 3 kilomètres du premier barrage identifié plus haut.

En rouge, le panneau publicitaire, en bleu, les châteaux-d’eau. Source : al-Jazeera
En vert, un bout du village ; en rouge, le panneau, en jaune, le muret, en bleu, les châteaux-d’eau et enfin en noir, le chemin de terre. Source : GoogleMaps
En jaune, le muret longeant la route, en bleu les châteaux-d’eau, en noir, un chemin de terre rejoignant le barrage. – Source : AFP
En rouge, le panneau publicitaire, en jaune, le muret longeant la route, en vert, un bout du village – Source : Twitter

Deux manifestants interviewés dans le reportage d’al-Jazeera expliquent pourquoi ces barrages ont été construits : « Nous n’ouvriront pas la route à moins que les forces d’Assad et les milices russes ne se retirent », affirme le premier. « Nous n’avons rien à faire de cet accord. Nous ne permettrons pas aux Russes de venir ici, ils doivent partir de notre pays ! », proteste le deuxième. Pour les opposants au régime de Damas, l’arrivée des Russes, même dans des patrouilles conjointes avec les Turcs qui soutiennent la rébellion, n’est évidemment pas une bonne nouvelle. D’autant que la mise en place d’une zone tampon s’étendant à 6 km au nord et au sud de la M4 donnera de fait au principal allié de Bachar al-Assad une forme de contrôle sur une large partie du territoire qui échappe encore aux forces du régime, et qui se retrouvera en quelque sorte coupé en deux. En outre, le village d’al-Nerab, actuellement en territoire rebelle, se retrouverait justement à l’intérieur de cette zone tampon.

En vert, le territoire sous contrôle rebelle avec al-Nerab (Nayrab), en rouge, le territoire sous contrôle du régime et de son allié russe, avec Saraqeb (Saraqib). Source Liveuamap

En conséquence, la Russie avait annoncé le 15 mars avoir accordé du temps à la Turquie «pour prendre des mesures appropriées en vue de neutraliser les terroristes et garantir la sécurité des patrouilles conjointes sur la route M4». La Turquie aurait depuis détruit au moins l’un des barrages, sans que nous soyons en mesure d’identifier lequel. Mais il semble que les protestations et la construction de barrages à al-Nerab continuent malgré tout, retardant toujours la possibilité pour les Russes de mener des patrouilles avec les Turcs.

Ces contre-temps démontrent la fragilité de l’accord russo-turc, car il appartient à la Turquie de garder le contrôle sur les différentes factions rebelles, ce qu’elle a continuellement échoué à faire depuis des mois. En outre, le cessez-le feu conclu le 5 mars a déjà été violé à de nombreuses reprises par les deux camps, et la Turquie a même annoncé le 19 mars que deux de ces soldats avaient été tués sur la M4 par des «groupes radicaux», sans donner plus de précisions.

Depuis le début de l’offensive du régime et de son allié russe sur la région d’Idlib en avril 2019 qui avait déjà fait exploser les accords de Sotchi, deux autres tentatives de cessez-le-feu ont déjà échoué. La question est donc désormais de savoir combien de temps tiendra réellement le troisième.

Fin février, l’ONU a qualifié la situation dans la région de « plus grande histoire d’horreur humanitaire du XXIe siècle », avec près d’un million de déplacés, dont les trois quarts sont des femmes et des enfants. 

Thomas Eydoux et Élie Guckert


  • Thomas Eydoux est journaliste en formation au CFPJ, actuellement chez BFMTV.