Partagez ce contenu
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frappe d’une cathédrale historique dans le Haut Karabakh: les biens culturels en temps de guerre

Le 8 Octobre dernier une charge non identifiée tombait sur la Cathédrale Saint-Sauveur Ghazanchetsots, dans la petite ville de Chouchi dans le Haut Karabakh. Très vieille cathédrale arménienne, elle est inscrite sur une liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO.

source: Twitter

La frappe d’un bien culturel n’est pas anodine puisqu’elle est codifié par le droit international dans la Convention de La Haye à laquelle l’Azerbaïdjan et l’Arménie sont parties.

«Les atteintes portées aux biens culturels, à quelque peuple qu’ils appartiennent, constituent des atteintes au patrimoine culturel de l’humanité entière, étant donné que chaque peuple apporte sa contribution à la culture mondiale»

En 2017, l’ONU va plus loin et désigne comme crime de guerre certaines destructions de biens culturels.

«La destruction délibérée du patrimoine est un crime de guerre, avait alors déclaré Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco. Elle est devenue une tactique de guerre pour mettre à mal les sociétés sur le long terme, dans une stratégie de nettoyage culturel. C’est la raison pour laquelle la défense du patrimoine culturel est bien plus qu’un enjeu culturel, c’est un impératif de sécurité, inséparable de la défense des vies humaines».

Alors, alors qui a ciblé la Cathédrale de Chouchi?

Très rapidement, la nouvelle est reportée par un collectif de presse pro-russe ANNA News via leur chaîne Telegram affirmant qu’il s’agit d’une arme de l’OTAN à cause des références notées sur l’étiquette d’un débris retrouvé dans la cathédrale et pris en photo.

source: Telegram

Cette pièce est identifiée par la communauté journalistique comme étant française grâce à son code de description, qui serait lié à un numéro de nomenclature OTAN.

Code OTAN et équipement

Le numéro de nomenclature OTAN (NNO) fait partie du système OTAN de codification. Ce numéro désigne un article, une pièce unique dont l’identité est fixée par ce numéro. Le numéro est émis par des pays, les bureaux nationaux de codification (BNC).

Une compréhension de la composition du numéro de nomenclature OTAN permet d’en tirer plusieurs informations.

Le NNO se compose de treize chiffres. Les quatre premiers constituent le code de classification de l’équipement (de quel type d’équipement s’agit-il) et correspondent à un catalogue. Les deux chiffres suivants font référence au bureau national de codification, c’est à dire le pays. Les derniers chiffres sont attribués par un ordinateur et n’ont pas de sens propre. Il est intéressant de noter que 14 correspond à la France.

Plusieurs bases de données existent pour checker les codes en question. Nous en avons testé deux: ISO Group et NSNCenter.

Un missile français naval au milieu des terres du Haut Karabakh?

Les journalistes ont utilisé l’une de ses bases de données pour entrer le code de description de la pièce. Sur NSNCenter, le code AO2825 mène bien sur une pièce utilisée dans le cadre militaire. D’après la base de données, il s’agirait d’un équipement faisant partie de la catégorie missile guidé. Cette catégorie semble confirmer parfaitement la compréhension des événements du 8 octobre.

La base de données permet de confirmer non seulement la catégorie mais également le pays d’origine et le fabricant. Dans ce cas il s’agirait de Naval Group (ex DCN).

source: NSN Center

C’est là que les choses se corsent puisque Naval Group est une société qui est spécialisée l’industrie navale de défense et les énergies marines renouvelables.

Attribution française écartée

Non seulement il est étonnant de trouver de l’armement de Naval Group en pleine terre, mais l’hypothèse d’un tir depuis la mer semble peu probable avec une distance de 243 km à vol d’oiseau entre la ville et les côtes.

On changerait alors totalement de catégorie et pourrait poser la question d’un missile balistique de courte portée. Or le seul produit développé par le groupe industriel naval est le missile de croisière naval fait pour atteindre des cibles terrestres depuis la mer. Mais cet engin de 7 mètres pesant 2 tonnes ne fait pas qu’un simple trou dans la toiture d’une cathédrale…..Cette hypothèse ne tient donc pas la route.

En revenant sur la base de données pour le numéro de nomenclature OTAN, on remarque que le code AO2825 n’est pas référencé de façon identique dans la barre de recherche et dans les résultats.

Dans la barre de recherche, nous avons bien la lettre A – lettre O – 28-25 alors que le résultat associé est lettre A – zéro – 28-25.

La recherche de AO2825 ne donne d’ailleurs rien dans l’autre base de données mentionnée plus haut – ISO Group.

Lettre A – Lettre O – 28 – 25

Mais l’autre combinaison renvoie sur Naval Group.

Lettre A – zéro – 28 – 25

Il y aurait eu donc un « glitch » dans la base de données utilisée par le journaliste qui l’aurait induit en erreur. Une recherche avec AC2825 n’est pas non plus concluante puisqu’il s’agit d’un ressort.

La frappe a donc peu de chance d’avoir été faite avec du matériel français et les codes qui apparaissent sur l’étiquette ne sont peut-être pas des numéros de nomenclature de l’OTAN mais de simples numéros de série de l’équipement. OpenFacto continue de travailler sur la reconstitution de cet événement et la caractérisation des dommages sur la cathédrale.