Violations de l’embargo sur les armes en Libye – Guide méthodologique

Violations de l’embargo sur les armes en Libye – Guide méthodologique

Visite d’un navire au large des côtes libyennes. – Source : flickr

La recherche en sources ouvertes permet de documenter les violations multiples de la Turquie de l’embargo sur les armes en Libye

OpenFacto a suivi sur plusieurs mois, au travers de sa veille en sources ouvertes, le conflit en Libye, et notamment le soutien militaire de plusieurs acteurs internationaux aux factions armées locales, contraire a l’embargo sur les armes imposé par le Conseil de Sécurité de l’ONU en 2011. Ce guide s’intéresse particulièrement à la Turquie et à ses multiples violations de l’embargo sur les armes en Libye. Au travers de six études de cas, nous verrons comment l’utilisation des sources ouvertes s’avère très utile pour documenter les manquements de la Turquie a la résolution du Conseil de Sécurité concourant ainsi à l’aggravation et l’influence du conflit :

  • Identification des navires ayant servi a la livraison d’armes grâce au recoupement de rapports, des réseaux sociaux et de l’étude du trafic aux ports libyens en provenance de Turquie.
  • Identification des réseaux de livraisons des armes ou des mercenaires liés à des transporteurs d’armes, des groupes terroristes ou businessmen peu scrupuleux.
  • Identification des industriels turcs qui ont fabriqué les armes
  • Identification des factions du Gouvernement d’Entente Nationale destinataires des armes que la Turquie soutient dans le conflit.
  • Multiplicité des cas d’études qui démontre une stratégie étatique de soutien au conflit Libyen.

D’autres exemples à venir…


Cliquez sur les liens sur les images pour découvrir les différentes investigations.


Au travers de ces six cas, ce guide propose ci-dessous une méthodologie pour assurer le suivi et la documentation les violations des embargos sur les armes en sources ouvertes.

Une méthodologie de suivie en sources ouvertes des embargos sur les armes


Le régime d’embargo sur les armes est une restriction et/ou une série de sanctions qui s’appliquent aux armements au sens large mais aussi aux technologies dites « à double-usage » (entendre civile et militaire). Il peut avoir un objectif politique, militaire et être un mécanisme de maintien de la paix. Il convient de bien comprendre ce qu’il couvre dans le cas d’étude choisi.
Dans le cas de la Libye, le régime d’embargo sur les armes interdit la vente ou la fourniture “d’armements et de matériel connexe de tous types : armes et munitions, véhicules et matériels militaires, équipements paramilitaires et pièces détachées correspondantes et interdire l’exportation par la Libye de tous armements et matériel connexe” d’après la résolution 1970 (2011) du Comite Libye du Conseil de sécurité.
Le défi, dans la recherche d’ une violation d’un embargo par un acteur étatique, réside dans la mise en place d’un système de transactions, d’un circuit d’achat et de livraison complexe qui est par essence le plus occulte possible. Pour être efficace et essayer d’orienter sa veille et sa recherche efficacement, nous vous proposons de nous concentrer sur trois nœuds : les acteurs en présence, les équipements et le circuit de livraison.

Détecter les embargos

  • La mise en place d’un embargo ou de sanctions sur les armes est décidée par le Conseil de Sécurité de l’ONU ou d’autres acteurs étatiques comme l’Union Européenne. Le Stockholm International Peace Research Institute en fait la liste et renvoie au texte instituant la mise en place des embargos.
  • Le Conseil de Sécurité de l’ONU met en place un comité de surveillance pour le respect de l’embargo par résolution. Ce comité, composé d’un panel d’experts, produit de façon régulière des rapports très riches en informations sur les conditions du respect ou des violations de l’embargo. Ces rapports sont une vraie mine d’informations pour pivoter précisément sur les entités ou les moyens logistiques qui forment le circuit de contournement.

Les acteurs en présence

  • La bonne compréhension du conflit dans le pays sous embargo permet d’établir une cartographie des forces locales en présence. Il est important de comprendre auprès de quel acteur international, telle ou telle faction va chercher du soutien afin d’identifier la relation potentielle fournisseur/acheteur qui peut s’établir. Il est l’heure de mettre en place votre tweetdeck avec des listes pour suivre l’actu et les personnes qui font autorité sur votre sujet d’intérêt.
  • Pour constater l’utilisation du matériel par le groupe arme local, les réseaux sociaux sont vos amis! Récolter des photos ou des vidéos du matériel arrivé à destination via la publication en ligne par l’organe de communication du groupe armé ou par les comptes de ses membres constitue autant de preuves du voyage du matériel d’un point à un autre :
    • suivre les pages des organes de communication des différentes factions sur les réseaux sociaux: Facebook, Telegram, Instagram…
    • suivre les pages des réseaux sociaux dédiés aux groupes armés ou chefs de guerre
    • suivre des journaux locaux partisans des différentes factions en ligne pour récupérer les images

Les équipements

  • SIPRI offre plusieurs bases de données qui donnent une idée des volumes d’armes exportées par certains pays. Dans le cas d’une activité clandestine comme la violation d’un embargo les chiffres n’y seront pas forcement mais quelques indications peuvent attirer l’attention.
  • Les sites d’informations spécialisés sur le secteur maritime mettent régulièrement en ligne des nouvelles concernant les saisies maritimes de biens illégaux ou d’armes : les ports et les noms des navires y sont mentionnés.
  • Certaines organisations spécialisées sur la recherche du trafic d’armes mettent en ligne des guides d’identification d’un certains nombres d’armements: Small Arms Survey, Conflict Armement Research et le portail iTrace
  • Un groupe de twittos en ligne toujours prêts a aider: @CalibreObscura, @ArmoryBazaar, @AbraxasSpa, @Silah_Report, etc…
  • Via les vidéos et images mises en ligne: identifier le matériel mais aussi les quantités quand c’est possible.

Le circuit de livraison

  • Le contournement des embargos s’effectue via des sociétés spécialisées dans la logistique peu regardantes sur les résolutions du Conseil de l’ONU et/ou par la falsification des documents d’exportation. Il convient donc d’identifier les navires ou les avions par lesquels l’armement est acheminé et les sociétés impliquées.
  • L’étude des mouvements des navires et des avions, ainsi que des ports du pays sous embargo permet d’identifier les moyens de transport utilises pour transporter les armes. Les outils de base sont:
    Marine Traffic, Vessels Finder
    Flight radar
    Equasis qui est une base de données intéressante liées aux navires et qui permet d’identifier leurs armateurs et propriétaires.
  • Une fois en possession du nom de la société, il convient de faire des recherches dans les bases de données d’enregistrement des sociétés, et de vérifier l’honorabilité de la société: reptation, présence sur des listes, juridictions, autres bateaux, avions dans des livraisons douteuses, affiliations des dirigeants.
    • La grande base de données de l’OCCRP
    OpenCorporate, très intéressante pour les sociétés au Panama notamment…
    • La base de données de leaks de l’ICIJ
  • Des sites comme Panjiva ou 52wmb.com peuvent parfois laisser apparaître la société qui envoie ou reçoit la livraison au nom de l’expéditeur ou du destinataire final (le consignee) : cela permet parfois d’identifier un intermédiaire dans le réseau de fourniture de l’armement, d’identifier des volumes.
    Enfin, il s’agit de recouper et de compiler pour voir la récurrence de ce type de contournement sur un certain temps.

Quelques ressources pour aller plus loin sur le conflit en Libye

Syrie : Les barrages qui révèlent l’intérêt stratégique de l’autoroute M4

Syrie : Les barrages qui révèlent l’intérêt stratégique de l’autoroute M4

Thomas Eydoux et Elie Guckert, journalistes, livrent pour OpenFacto une analyse de l’intérêt stratégique d’une autoroute syrienne, à l’aide de techniques de géolocalisation.

Patrouille conjointe russo-turque le 15 mars sur la M4 entre Saraqeb et al-Nerab. Source : Millî Savunma Bakanlığı

L’autoroute M4 est devenue au cours des dernières années du conflit syrien un axe de plus en plus crucial. Longeant la frontière turque pour relier les villes de Lattaquié et Saraqeb dans le gouvernorat d’Idlib, elle est également connectée à la M5 et rejoint Alep avant d’atteindre la frontière Irakienne. Longue de près de 120 km au total, cette route a été le théâtre de nombreux incidents impliquant tous les belligérants. L’apparition de barrages à la mi-mars dans la région d’Idlib est venue une fois de plus mettre en lumière l’importance stratégique de cette route.

Carte de l’autoroute M4 (Source : Wikipedia)

Après plusieurs jours de violents combats début mars entre l’armée turque et le régime dans la région d’Idlib – où Ankara a perdu des dizaines d’hommes tout en infligeant de très lourdes pertes à l’armée syrienne – la Russie a finalement conclu un accord de cessez-le-feu avec la Turquie, le 5 mars, avec la mise en place de patrouilles conjointes sur la M4. De telles patrouilles avaient déjà été organisées à l’est sur ce même axe entre les États-Unis et la Turquie dès 2017 quand cette dernière a attaqué les forces kurdes du YPG, à la tête des Forces démocratiques syriennes qui ont mis fin au califat de l’État Islamique avec le soutien de la coalition occidentale. Au cours de l’offensive « Source de paix » fin 2019, cette route avait aussi été le théâtre d’exécutions sommaires imputées à des groupes rebelles soutenus par la Turquie.Le régime et la Russie patrouillant également sur cette route, elle est rapidement devenue encombrée par diverses factions aux intérêts opposés, et dont l’inévitable chevauchement a conduit à plusieurs accrochages. À la mi-février, les forces américaines se sont par exemple retrouvées prises pour cibles par des combattants syriens sous l’œil bienveillant d’une patrouille russe, près de Qamichli, à l’Est.

Vidéo Newsy + Bellingcat, sous-titrage français par Syrie Factuel

Pour le régime syrien, l’autoroute M4 constitue l’un des derniers grands axes de transport qui reste en dehors de son contrôle total. Elle traverse la province d’Idlib, dernière région aux mains des rebelles que le régime tente de reprendre depuis des mois au prix d’immenses pertes civiles.

Des barrages sur la M4

Signe de l’importance stratégique de la M4, l’accord russo-turc entré en vigueur le 5 mars prévoit, en plus des patrouilles conjointes, la mise en place d’un «couloir de sécurité» de six kilomètres de profondeur de chaque côté de l’autoroute, soit une zone tampon large de 12 kilomètres au total. Mais ce plan a été enrayé dès le début de sa mise en application. Selon l’AFP, un barrage a été réalisé en pleine nuit au milieu de la M4, «un jour à peine après que la Turquie et la Russie ont lancé une patrouille conjointe le long de l’autoroute».

Toujours selon l’AFP, ce barrage aurait été construit juste à côté d’al-Nerab, une localité qui se trouve à quelques kilomètres seulement de la ville de Saraqeb, carrefour stratégique entre Alep, Damas et Lattaquié. Saraqeb a fait l’objet de violents combats entre l’armée syrienne et les rebelles soutenus par la Turquie en février, avant que le régime ne s’en empare définitivement début mars.

Sur la vidéo de l’AFP, on peut repérer des éléments particuliers qui permettent de localiser précisément le lieu où se trouvait le barrage : on aperçoit ainsi un muret, à gauche de la route, et un ensemble de bâtiments, à droite. On remarque aussi un petit chemin de terre qui rejoint le barrage, à droite. On peut donc géolocaliser ce barrage sur la M4, à cet endroit, non loin d’al-Nerab.

Le muret, en rouge ; l’ensemble de bâtiments, en jaune ; et le chemin de terre, en vert.
Source : AFP
Le muret, en rouge ; l’ensemble de bâtiments, en jaune ; et le chemin de terre, en vert. Source : GoogleMaps
Position du barrage par rapport à al-Nerab. Source : GoogleMaps

Or, selon le média pro-Kremlin Sputnik, la première patrouille russo-turque « est partie de la localité de Trumba à deux kilomètres à l’ouest de Saraqeb le long de la route M4 qui relie les villes d’Alep et de Lattaquié. » Trumba se trouve ici, à un peu plus de 7 km au sud-est d’al-Nerab.

Des photos diffusées par le ministère de la Défense turc ainsi qu’une vidéo partagée par le média pro-russe Sputnik permettent de localiser la première patrouille russo-turque en train de se déplacer non-loin de ce barrage, le 15 mars. On distingue ainsi deux grandes roues au bord de la route, ainsi qu’une rangée de pylônes électriques de l’autre côté de la route. Ces éléments nous permettent de géolocaliser l’endroit précis où est passé la patrouille russo-turque du 15 mars, ici, où le convoi semble faire demi-tour.

En rouge, les deux grandes roues ; En jaune, les pylônes électriques. Source : Millî Savunma Bakanlığı
En rouge, les deux grandes roues ; En jaune, les pylônes électriques. Source : Sputnik
En rouge, les deux grandes roues, en jaune, les pylônes électriques – Source : GoogleMaps

Ce mini-parc d’attractions se trouve à moins d’une dizaine de kilomètres du barrage que nous avons localisé ci-dessus. En partant du principe que la patrouille est bien partie depuis Trumba, on peut donc retracer grossièrement l’itinéraire présumé de la patrouille par rapport au barrage : jonction avec la M4 au nord de Trumba, puis départ vers al-Nerab à l’ouest avant de finalement faire demi-tour à hauteur du parc, pour repartir en direction de l’est.

En rouge, la position des deux grandes roues où la patrouille fait demi-tour pour repartir en direction de l’est ; à gauche, au bout de la ligne bleue,, la position du barrage. Source : GoogleMaps

Impossible d’établir sur la seule base des vidéos et des photos si cette patrouille a effectivement renoncé à continuer son chemin vers al-Nerab en raison d’éventuels barrages. On sait en revanche que le ministère russe de la Défense a annoncé le même jour que «Le trajet de la patrouille conjointe a été réduit à cause des provocations prévues par des groupes radicaux échappant au contrôle de la Turquie.» 

Un accord contesté par les rebelles

Le 16 mars, la chaîne d’information al-Jazeera a publié un reportage au sujet d’une manifestation d’opposants au régime syrien, avec la fabrication d’un barrage bloquant l’accès aux patrouilles sur la M4. Grâce à des éléments particuliers observables dans le reportage, dans la vidéo de l’AFP (qui mentionne aussi ce deuxième barrage) et des images postées sur les réseaux sociaux, nous sommes en mesure de géolocaliser l’endroit exact où a eu lieu cette manifestation. On aperçoit un panneau publicitaire à l’entrée du village, à côté d’un muret longeant la route et derrière lequel se trouvent des bâtiments caractéristiques, ainsi que deux châteaux-d’eau en arrière plan. Ce qui permet d’affirmer que la manifestation s’est également déroulée à al-Nerab, à cet endroit, à un peu plus de 3 kilomètres du premier barrage identifié plus haut.

En rouge, le panneau publicitaire, en bleu, les châteaux-d’eau. Source : al-Jazeera
En vert, un bout du village ; en rouge, le panneau, en jaune, le muret, en bleu, les châteaux-d’eau et enfin en noir, le chemin de terre. Source : GoogleMaps
En jaune, le muret longeant la route, en bleu les châteaux-d’eau, en noir, un chemin de terre rejoignant le barrage. – Source : AFP
En rouge, le panneau publicitaire, en jaune, le muret longeant la route, en vert, un bout du village – Source : Twitter

Deux manifestants interviewés dans le reportage d’al-Jazeera expliquent pourquoi ces barrages ont été construits : « Nous n’ouvriront pas la route à moins que les forces d’Assad et les milices russes ne se retirent », affirme le premier. « Nous n’avons rien à faire de cet accord. Nous ne permettrons pas aux Russes de venir ici, ils doivent partir de notre pays ! », proteste le deuxième. Pour les opposants au régime de Damas, l’arrivée des Russes, même dans des patrouilles conjointes avec les Turcs qui soutiennent la rébellion, n’est évidemment pas une bonne nouvelle. D’autant que la mise en place d’une zone tampon s’étendant à 6 km au nord et au sud de la M4 donnera de fait au principal allié de Bachar al-Assad une forme de contrôle sur une large partie du territoire qui échappe encore aux forces du régime, et qui se retrouvera en quelque sorte coupé en deux. En outre, le village d’al-Nerab, actuellement en territoire rebelle, se retrouverait justement à l’intérieur de cette zone tampon.

En vert, le territoire sous contrôle rebelle avec al-Nerab (Nayrab), en rouge, le territoire sous contrôle du régime et de son allié russe, avec Saraqeb (Saraqib). Source Liveuamap

En conséquence, la Russie avait annoncé le 15 mars avoir accordé du temps à la Turquie «pour prendre des mesures appropriées en vue de neutraliser les terroristes et garantir la sécurité des patrouilles conjointes sur la route M4». La Turquie aurait depuis détruit au moins l’un des barrages, sans que nous soyons en mesure d’identifier lequel. Mais il semble que les protestations et la construction de barrages à al-Nerab continuent malgré tout, retardant toujours la possibilité pour les Russes de mener des patrouilles avec les Turcs.

Ces contre-temps démontrent la fragilité de l’accord russo-turc, car il appartient à la Turquie de garder le contrôle sur les différentes factions rebelles, ce qu’elle a continuellement échoué à faire depuis des mois. En outre, le cessez-le feu conclu le 5 mars a déjà été violé à de nombreuses reprises par les deux camps, et la Turquie a même annoncé le 19 mars que deux de ces soldats avaient été tués sur la M4 par des «groupes radicaux», sans donner plus de précisions.

Depuis le début de l’offensive du régime et de son allié russe sur la région d’Idlib en avril 2019 qui avait déjà fait exploser les accords de Sotchi, deux autres tentatives de cessez-le-feu ont déjà échoué. La question est donc désormais de savoir combien de temps tiendra réellement le troisième.

Fin février, l’ONU a qualifié la situation dans la région de « plus grande histoire d’horreur humanitaire du XXIe siècle », avec près d’un million de déplacés, dont les trois quarts sont des femmes et des enfants. 

Thomas Eydoux et Élie Guckert


  • Thomas Eydoux est journaliste en formation au CFPJ, actuellement chez BFMTV.
OpenFacto à Séville pour « OsintCity »

OpenFacto à Séville pour « OsintCity »

Trois membres d’OpenFacto se sont rendus au congrès « OsintCity » qui se déroulait à Séville les 6 et 7 février derniers. Au programme, une quinzaine d’interventions autour des recherches en sources ouvertes et de leurs différentes utilisations.

Si le congrès se voulait international, toutes les présentations étaient en espagnol et le public quasi-exclusivement local, très largement composé de détectives privés et d’agents des forces de sécurité du pays. La plupart des interventions étaient ainsi spécifiquement destinées à ce public, faisant notamment référence à un cadre juridique espagnol assez restrictif sur les possibilités de l’OSINT et des cas pratiques très axés business ou bien enjeux sécuritaires.

On ne va pas vous mentir, de façon générale, le niveau moyen des interventions était un peu décevant. Outre les généralités sur les risques des « fake news » et la nécessité de faire preuve de sens critique, plusieurs des supports de présentation mettaient en avant des techniques ou outils hors-services depuis des années (un intervenant a ainsi utilisé un PowerPoint datant de 2014, c’est dommage…).

A noter toutefois, la présentation fort intéressante du média d’investigation Datadista par son cofondateur Antonio Delgado. En mettant l’accent sur l’importance d’une méthodologie transparente, que ce soit à propos de la récolte (scraping, leaks…), de l’exploitation ou de la visualisation des données, celui-ci insistait sur la crédibilité apportée aux informations ainsi présentées au public. Un véritable exemple de data-journalisme qui mérite que l’on s’y intéresse.

Un bel exemple d’enquête de datadista :

https://datadista.com/playa-burbuja/desmontando-algarrobico/

Malgré nos réserves sur la qualité de ce congrès, il est important de préciser qu’il s’agissait uniquement de sa deuxième édition, les organisateurs nous ayant assuré que la prochaine session intégrerait des présentations en anglais ainsi qu’un système de traduction.  

Si cela se confirme, la prochaine édition méritera peut-être tout de même le déplacement pour des professionnels du secteur intéressés par ces aspects de l’OSINT, ou bien pour celles et ceux à la recherche d’un alibi pour déguster quelques tapas et découvrir Séville hors saison touristique.

Atelier OSINT OpenFacto avec les étudiants de la formation Clinique du Droit International à Assas (Paris) les 25 et 26 janvier 2020

Atelier OSINT OpenFacto avec les étudiants de la formation Clinique du Droit International à Assas (Paris) les 25 et 26 janvier 2020

Maîtriser les outils de géolocalisation à partir de photos et de vidéos, découvrir les astuces cachées des réseaux sociaux et travailler de manière méthodique… Pendant deux jours, la quinzaine d’étudiants de la Clinique du Droit International (CDIA) de la Faculté de Droit D’Assas à Paris se sont familiarisés aux techniques de recherches en sources ouvertes. 

Cette association, fondée par des étudiants des Master II Justice Pénale Internationale et du Master II Droits de l’Homme et Droit Humanitaire, travaille sur des questions juridiques pour le compte d’ONG, de cabinets spécialisés sur le thème des Crimes contre l’Humanité et des génocides. Intégralement prise en charge par OpenFacto*, cette formation, qui s’est déroulé les 25 et 26 janvier, avait deux objectifs : donner méthodologie et outils aux étudiants pour mieux appréhender leur cursus et les préparer à leurs futurs métiers.

Géocodage à OpenFacto

Pendant leurs études, ces étudiants s’intéressent de très près aux violences dont a été victime la communauté peule, aussi bien au Mali qu’au Burkina Faso. Pour les besoins de cette enquête, OpenFacto a donc orienté cette session de formation sur la résolution de nombreux cas pratiques, notamment en terme de géolocalisation et d’identification. Les étudiants, presque tous novices en matière d’OSINT, ont appris à se servir de nombreux outils, tous gratuits et/ou en open-source. Parmi ces instruments, l’accent a été mis sur les dispositifs de géolocalisation à partir de photos et de vidéos, tel que search by image, l’utilisation de nombreux moteurs de recherche et ainsi que Google Earth.

OpenFacto a également fait intervenir venir plusieurs spécialistes (journaliste, enquêteur et juriste, tous membres bénévoles de l’association) pour familiariser les étudiants à la méthodologie d’enquête ; préparation, collecte du renseignement, archivage puis analyse. L’accent a aussi été mis sur l’importance du travail en équipe. Une formation très riche en données, qui accroît la panoplie de ces futurs juristes, la polyvalence étant de rigueur pour pouvoir intégrer des cabinets ou des ONG.
Nul doute qu’OpenFacto leur a fourni des outils indispensables pour la bonne poursuite de leur carrière!

*La formation s’est déroulée grâce à l’investissement bénévole de Poline, Sébastien, Cécile et Aurélie (OpenFacto), ansi que celle d’Alexandre et Margot (CDIA), merci à eux! <3
Les frais engagés sur ce type de projet proviennent exclusivement des cotisations et dons des membres et des quelques bénéfices engrangés lors des précédentes sessions de formation. Un immense remerciement à tous les membres d’OpenFacto!

Si vous souhaitez soutenir ce type de projet, comme celui de SIRAJ par exemple, soutenez l’association par un don ou votre adhésion!

Le mot du président… Pour un petit bilan 2019

Le mot du président… Pour un petit bilan 2019

Das Bild December 2019 calendar. New Year's eve von Marco Verch kann unter Creative Commons Lizenz genutzt werden. Es ist auf Flickr in voller Auflösung verfügbar.

Il était difficile de terminer 2019 sans se livrer à ce petit exercice traditionnel du bilan de l’année… notre première année!!!
OpenFacto est née en janvier 2019. Avec CapteursOuverts et Aliaume, nous pensions réunir la petite dizaine de membres que nous espérions péniblement enrôler autour de « l’OSINT à la french« , le premier nom du projet, dans un petit resto parisien, histoire de marquer le coup.
L’association compte aujourd’hui 95 membres à jour de leur cotisation, et pas seulement en France!
Grâce à leur engagement, notamment l’acte de soutien que représente cette adhésion, nous avons pu monter plusieurs projets très importants, tous auto-financés :

  • Des formations trimestrielles où, à ce jour, une cinquantaine de personnes de tous horizons ont pu se former aux techniques d’investigations en sources ouvertes
  • Une formation pour les journalistes d’investigation du réseau SIRAJ
  • Un module de formation pour les étudiants en journalisme de SciencePo
  • Un meetup, premier d’une longue série
  • Des articles sur notre site….

La participation active d’OpenFacto à différents évènements de journalisme ou d’activisme cette année (Dataharvest, DOCon, GIJN, …) a permis de faire connaître notre projet, nos valeurs, et de commencer à implanter durablement l’association dans le paysage OSINT.

Toutes ces activités, très concrètes, ne peuvent être montées que grâce à un gros travail de l’ensemble des bénévoles d’OpenFacto : Aliaume, CapteursO, Fabrice, Bart, Liselotte, Cécile, Laura, Sylvain, Poline, mais aussi Wolfie, Sébastien, Alfred et Artus, Sandrine, Jean-Philippe… Qu’ils en soient chaleureusement remerciés!!

2020 s’annonce déjà enthousiasmante!

Outre les projets de formations dont je vous ai parlé plus haut, que nous allons bien évidemment pérenniser (avec nous l’espérons, quelques subventions à la clef…), nous venons de signer un partenariat avec les étudiants de la Clinique du Droit International d’Assas pour les aider dans l’exercice de leur magistère! Nous sommes également en contact préalable avec d’autres entités pour démarrer d’autres projets avec eux…

Bref, 2020 va être très riche!

Rejoignez-nous! Adhérer ou renouveler votre adhésion à OpenFacto, participer au fonctionnement de l’association par un don, un article, un peu de temps personnel, est vraiment très important.


Au nom de toute l’équipe d’OpenFacto, je vous souhaite cher lecteur passionné d’OSINT, une excellente année 2020!

Hervé

OpenFacto anime un cours sur l’OSINT pour les étudiants en Master Journalisme de l’École de Journalisme de Sciences Po

OpenFacto anime un cours sur l’OSINT pour les étudiants en Master Journalisme de l’École de Journalisme de Sciences Po

English follows

À partir du vendredi 13 septembre 2019, OpenFacto démarre le cours en anglais « How to Search and Check Facts » sur l’enquête en sources ouvertes pour le premier semestre des étudiants en Master Journalisme de l’École de Journalisme de Sciences Po.

Retrouvez-nous sur Twitter (@OpenFacto) tous les vendredis jusqu’à fin novembre pour suivre les thématiques abordées et les étudiants dans leur découverte de l’investigation en ligne.

Encadrés par deux journalistes membres de l’association, les 20 étudiants passeront en revue les nouvelles méthodes de recherche en ligne, les thématiques abordables via les sources ouvertes et l’importance que ce type d’approche prend dans le paysage médiatique (voir par exemple NYT Visual Investigations, France 24 Observateurs, BBC Africa Eye, etc).

Alternant méthodologie et outils, le cours couvrira notamment la vérification d’images (géolocalisation, chronolocalisation, etc), l’analyse d’images satellites, les plateformes de trafic maritime et aérien, ainsi que l’enquête en source ouverte appliquée aux zones de conflits et la sécurité digitale.

Le cours a pour but d’apporter aux étudiants une maîtrise de la méthodologie et techniques d’enquêtes en sources ouvertes. Les deux dernières sessions de la formation seront aussi consacrées à des enquêtes en sources ouvertes.

Cet atelier forme le premier partenariat d’OpenFacto avec une université. La formation et la sensibilisation des étudiants et l’appui aux universités dans la promotion de la recherche en sources ouvertes est au coeur de la vision d’OpenFacto.

Pour adhérer à la communauté OpenFacto qui ne cesse de grandir et soutenir nos projets, c’est ici!

À propos d’OpenFacto

OpenFacto est une association loi 1901 créée en 2019 consacrée à la démocratisation des techniques en sources ouvertes pour tous. L’association organise des formations pour les ONG, le monde universitaire, les rédactions et les organisations publiques, ainsi que des opportunités de rencontre pour la communauté OSINT française et un soutien aux enquêtes et recherches.

Web : https://openfacto.fr

Contact :

À propos du Master Journalisme de l’École de Journalisme de Sciences Po

Structuré en 4 semestres sur 2 années universitaires, avec 20 semaines minimum d’expérience professionnelle en rédaction, le Master Journalisme forme à un métier, et un seul : le journalisme. Créé en 2004, aux origines de l’Ecole de journalisme de Sciences Po, il fait partie des formations reconnues par les journalistes professionnels et prépare à la meilleure des insertions sur le marché de l’emploi.

Web: https://www.sciencespo.fr/journalisme/fr/formations/master-journalisme.html

OpenFacto leads a course in OSINT for the students in Master of Journalism at the Sciences Po Journalism School

On Friday 13 September 2019, OpenFacto starts the course – taught in English – ‘How to Search and Check Facts’ on open source investigations for the first semester of the students in Master of Journalism at the Sciences Po Journalism School.

Follow us on Twitter (@OpenFacto) every Friday until the end of November to follow the themes discussed and the students in their discovery of online investigations.

Led by two journalists who are members of the association, the 20 students will look at the new online search methods, what topics can be investigated using open source techniques and the growing importance of OSINT for media organisations (see for instance NYT Visual Investigations, France 24 Observers, BBC Africa Eye, etc).

Mixing methodology and tools, the sessions will cover image verification (geolocation, chronolocation, etc), satellite imagery analysis, platforms offering ship and plane tracking, as well as open source investigation applied to war zones and digital security.

The course aims to equip the students with a deep understanding of open source methodologies and techniques. The last two sessions will be dedicated to live open source investigations.

This class is the first partnership of OpenFacto with a university. Training and awareness-raising of students as well as support to universities in the promotion of open source investigations is at the heart of OpenFacto’s mission.

To join the growing OpenFacto’s community and support our projects it’s here!

About OpenFacto

OpenFacto is an association created in 2019 under the 1901 law dedicated to the democratisation of open source techniques for all. The association organises training courses for NGOs, academics, editors and public organisations, as well as meeting opportunities for the French OSINT community, and support for stories and research. 

Web : https://openfacto.fr

Contact :

About the Master of Journalism at the Sciences Po Journalism School

Structured in 4 semesters over 2 university years, including 20 weeks minimum of professional experience with media organisations, the Master of Journalism prepares to a career and one only: journalism. Created in 2004, at the start of the Sciences Po Journalism School, the Master of Journalism is among the degrees recognised by professional journalists and provides all needed to the best integration on the labour market.

Web: https://www.sciencespo.fr/journalisme/fr/formations/master-journalisme.html